Fahrenheit 451

Fahrenheit 451

Dans une société future qui a perdu le goût de lire et dans laquelle les pompiers ont pour mission de brûler les livres, Guy Montag, pompier sans histoire, à la faveur d’une rencontre avec Clarisse McClellan, commence à remettre sa vie en question et à lire des livres... Il prend alors conscience de l’absurdité d’un système dont il est l’incarnation et décide d’agir.
Ce spectacle interroge notre présent, en transposant Fahrenheit 451 de Ray Bradbury, œuvre d’anticipation dystopique écrite en 1953, dans un futur proche où les dérives d’aujourd’hui auraient triomphées. En projetant cette œuvre, mettant en scène une société obsédée par la destruction des livres, symboles d’altérité, dans une société conditionnée par l’hyper-connexion, l’immédiateté, l’hypertrophie du moi et l’explosion des fakenews , il est posé de façon radicale la question de notre rapport à l’autre dans la disruption en cours. Ne traversons-nous pas une crise de l’altérité ? A l’heure de la post- vérité, du narcissisme de masse, de l’anonymat, quelle place réservons- nous à l’autre ? Ne sommes-nous pas dans une société de la défiance, où l’insensibilité, les réactions faciles ou haineuses sont devenus ordinaires ? La question de la place du livre, de la littérature et de l’art au sens large du terme, n’est-elle pas aujourd’hui absolument nécessaire ? L’art n’est-il pas cet espace où l’on peut prendre le temps de s’ouvrir à la sensibilité, à la connaissance de l’autre et donc à soi-même ?


1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement